# Ecotopie – Miccosukee : Thomas, cyclo-poète et jardinier !

Thomas est un exemple des personnes extraordinaires qui vivent à la Miccosukee Land Co-op. Je l’ai rencontré alors qu’il venait faire réparer son vélo de randonnée au magasin d’Ed Deaton. Il habite une petite maison sans la posséder. Grand, rythme posé, yeux très brillants, Thomas lui non plus ne fait pas son âge, et s’enthousiasme parfois avec un entrain rafraîchissant !

Une vie « off the grid »

Thomas a 64 ans et il mène depuis près de 35 ans une vie au plus près de la nature. Depuis 5 ans, il a adopté un mode d’existence « off the grid », hors d’un accès courant à l’énergie électrique. Il ramasse du bois sec dans la forêt de la co-op et possède un poêle à bois pour la cuisine. Il recharge chaque jour quelques batteries avec ses 5 panneaux solaires et peut, le soir, se procurer l’énergie nécessaire à charger son téléphone, sa lampe et sa radio.

Mais son activité principale est de jardiner. Il prend soin de ses deux grands jardins qui lui fournissent l’essentiel de sa nourriture. Il m’a montré l’une de ses parcelles où poussaient toutes sortes de légumes, salades, kales, navets, patates douces, et autres plantes peu connues en Europe. D’où viennent ses graines ? Son visage s’illumine : c’est l’une de ses passions, sélectionner les plans qui vont lui fournir les graines, les récolter, les stocker pour être autonome en semences. Le peu d’argent dont il a besoin, il le gagne en travaillant comme jardinier chez différentes personnes.

La poétique du jardinier

Il est végan depuis 35 ans et avoue avoir tâtonné un peu avant d’avoir trouvé l’équilibre alimentaire qui lui convenait. Il se soigne uniquement grâce à la pratique de la méditation et des conseils qu’un ami naturopathe lui prodigue au besoin. Il a par exemple réussi à résorber complètement un problème d’hernie intestinale grâce à ces traitements alors que tous les médecins allopathiques qu’il avait consultés lui prédisaient l’impossibilité d’échapper à la chirurgie.

De fait, à la différence de nombreux américains, Thomas est svelte et ses yeux brillent. Il me dit qu’il n’a jamais été aussi heureux que depuis qu’il vit au plus près de la terre, dans une écoute et une communauté quotidienne avec les éléments et la vie, dans une forme de simplification maximum de son existence, trouvant une joie profonde dans la résonance avec toutes ses émotions et énergies que lui procure chaque jour la nature. Sa pratique quotidienne de la méditation consiste simplement à observer en lui la façon dont son corps vibre et réagit à son environnement. Simplicité et profondeur dans le rapport à un soi sans cesse en relation avec une source de créativité et de beauté : poésie ou mystique du jardinier.

Le jardinage est donc l’une des faces d’un rapport poétique à la terre et à son effervescence créatrice. Thomas me parlait de ses plantes en termes de beauté, de couleurs surprenantes, de saveurs insoupçonnées. Elles étaient bien plus que des moyens de combler des besoins alimentaires : des sources d’émotions, l’occasion d’expériences esthétiques. Il n’y a donc pas de contradiction entre agir avec la nature, la guider par une rationalité technique pour satisfaire ses besoins élémentaires et vivre essentiellement dans un rapport d’émerveillement avec l’environnement naturel. Son activité lui laisse en outre le temps de lire et d’écrire et il fréquente assidument les bibliothèques publiques dans lesquelles il trouve ressources et accès à Internet. La main et l’esprit dans une complémentarité vertueuse.

Le vélo comme outil de travail et de liberté !

Thomas possède 3 vélos et 2 remorques qui lui permettent de transporter ses affaires et ses plantes. Il part aussi régulièrement en voyage à vélo. Il prévoyait un trajet dans l’Est de la Floride prochainement. Mon voyage visiblement l’enthousiasmait et il semblait heureux à l’idée de trouver un compagnon pour faire du vélo.

Tout sourire sur son vélo de route Trek de 35 ans d’âge, il m’a donc servi de guide pour sortir de Tallahassee et rejoindre le Saint Mark’s trail, à travers chemins et lotissements, le plus au calme possible.

En cadeau, il m’a offert des légumes magnifiques. Je n’ai jamais mangé d’aussi bons navets, juteux et sucrés, et des feuilles de salades toutes inédites, l’une poivrée, l’autre sentant la noix de coco, l’autre mentholée, une dernière pourpre et piquante comme du piment d’Espelette ! Des kumquats et des graines de courges américaines séchées pour grignoter délicieusement. La plupart des américains s’intoxiquent en mangeant, d’autres cultivent l’excellence ! Merci Thomas !

Damien

7sch !

→ Miccosukee Land Co-op

Retour → Carnet de Route

Retour à l’Accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s