# Ecotopie : Rencontre avec les anarcho-écolos de la Roots Coop

A Austin, dans une chaleur printanière, je rejoints Roots Coopérative : une collocation écolo-anarchiste au cœur de la ville.

Fondée il y a 4 ans, cette communauté est installée dans une maison de 4 chambres. Avec ses 2 vans et ses 2 caravanes attenantes, elle accueille aujourd’hui 10 personnes, dont les plus âgées ne sont pas encore trentenaires. Le loyer de l’ensemble est de 2200 $. Les contributions de chacun sont indexées sur l’espace dont il dispose et permettent en plus du règlement du loyer et des factures d’alimenter un fond de 50$ par mois pour la nourriture commune et un autre fond commun pour les aménagements et les frais agricoles. Peu avant mon arrivée, l’un des fondateurs de la Coop, Austin, venait d’installer un filtre qui permettait à chacun de bénéficier d’une eau courante de meilleure qualité.

La motivation originelle était, en plus du choix économique, l’adoption d’une contre-culture d’inspiration anarchiste essentiellement orientée vers une action écologique. Le fonctionnement de la communauté est structuré autour d’une réunion hebdomadaire qui discute les problèmes et les orientations communes puis attribue les tâches respectives de chacun des membres (jardin, ménage, courses, réparations, gestion des déchets, développement,…). Aucune des décisions n’est adoptée s’il n’y a consensus et un grand intérêt est porté à l’écoute et à la façon de mener ces réunions communes. Un tableau sert de récapitulatif des charges dont chacun a la responsabilité.

Anarcho-écologistes

L’action écologique a pour ressort principal la préoccupation alimentaire. La cour abrite 2 jardins produisant carottes, betteraves, épinards, blettes, kales, herbes aromatiques et diverses salades. Une basse-cour fournit les œufs et une présence animale permettant de fertiliser le compost et les jardins de temps à autres.

Austin m’explique aussi le fonctionnement d’un Aquaponics : il s’agit de faire pousser des plantes au sein d’un circuit autonome qui associe décomposition de déchets alimentaires, pisciculture et hydroculture. Des carcasses et du pain attirent des mouches qui pondent dans une sorte de piège puisque les larves écloses tombent directement dans un bassin où vivent des poissons. La nourriture ainsi fournie aux poissons leur permet de se développer. Les déjections fertilisent l’eau qui, grâce à une pompe, vient alimenter un bac rempli de schistes dans lesquels des graines sont plantés et prospèrent. Outre l’absence d’entretien, l’avantage de ce circuit est de pouvoir compenser un terrain texan beaucoup trop acide et de permettre une agriculture urbaine hors d’un sol souvent très dégradé. Je ne sais pas trop quoi penser de cette production hors-sol mais les légumes sont florissants.

Le recyclage est aussi à l’œuvre dans le traitement des déchets mais surtout dans les travaux de maintenance de la maison comme de l’installation agricole.

Enfin, les 50$ par semaine sont dépensés dans un magasin bio du quartier pour acheter toutes sortes de graines. Certains membres de la communauté sont aussi des glaneurs dans les bennes des différents magasins bios du coin. Et il y a de nombreux cuisiniers dans la Roots Coop, ce qui m’a permis de déguster moult salades, soupes et autres sauces issues directement du jardin. Délices !

L’engagement politique

L’engagement politique des membres varie beaucoup selon les individus. Certains sont concentrés sur leur existence personnelle. D’autres ont une conscience politique plus développée. Sarah Colòn me dit se sentir proche de l’agorism, une mouvance anarcho-libertaire inspirée du philosophe Samuel Edward Konkin III, alliant critique de l’État considéré comme oppressif et bras armé de politiques injustes et revendication d’une liberté individuelle maximale, pour un développement d’une contre-économie. Elle me raconte avoir commencé son engagement militant lors des mouvements de lutte contre la puissance financière, Occupy en 2012 à Houston et Dallas.

Elle a ensuite été très engagée dans un combat contre une loi anti-avortement nommée HB-2 adoptée par le gouvernement du Texas en 2014 et dont a résulté la fermeture de la plupart des cliniques pratiquant ces interventions ainsi que celle du planning familial dans tout le Texas. Les actions d’occupation du Capitole et de perturbation des votes se sont soldées à l’époque par de violentes arrestations. Depuis quelques semaines, elle organise les Austin SOUP, des soirées événementielles de financements participatifs permettant de développer au niveau d’une ville ou d’un quartier des projets bénéficiant à tous. Ces événements ont pour modèle la Detroit SOUP qui a vu le jour après le désastre urbain et la faillite des politiques publiques des années 2010 : 4 projets se présentent pendant 4 minutes et répondent à 4 questions. Les participants payent 5 $, ce qui leur donne un droit de vote et un accès à de la nourriture. Le projet qui récolte le plus de votes se voit attribuer les fonds de la soirée. Elle travaille dans une association d’aide au tournage, au montage et à la production de films alternatifs et projette un documentaire sur les centres de détention pour immigrés au Texas.

Mais de façon générale, à la Roots Coop, on ne fait aucune confiance dans les structures de la ploutocratie instituée pour régler les problèmes sociaux et encore moins environnementaux. La police est essentiellement vue comme un gang violent extrêmement dangereux. Sarah me montre le décompte tenu par The Guardian des tués par les forces de police américaine : 1136 en 2015 et déjà plus de 200 depuis le début de 2016 ! Le grand battage médiatique autour de la grande course au pouvoir que sont les primaires semble trouver peu d’échos ici et Bernie Sanders ne soulève pas une vague d’espoir comme j’ai pu le voir ailleurs. De même on ne connait pas ici les structures internationales qui prennent en charge les enjeux climatiques (GIEC, COP,…). Mais dans le même temps, la plupart des membres de cette communauté sont obligés de travailler 40 h par semaine dans des petits boulots tout en rêvant de vies vagabondes. Difficile cohérence. Le soir de mon arrivée, Austin, le dernier des fondateurs de la communauté habitant sur place, se réunissait avec Nathalie et son frère pour discuter un projet d’éco-village urbain associant production de nourriture et vente directe, notamment à travers un restaurant. L’engagement cherchait plus de cohérence et plus d’ambition. Après son départ, que deviendra l’orientation écolo de cette colloc ? Le constat de la fragilité de ces communautés sans fondements idéologiques ou spirituels forts s’imposait à tous ce soir, aussi comme un défi pour de futurs projets. Il faut décidément toute une culture pour vivre ensemble.

Damien

Luz.Camp !

Retour → Carnet de Route

Retour à l’Accueil

Une réflexion sur “# Ecotopie : Rencontre avec les anarcho-écolos de la Roots Coop

  1. L’investissement de ces personnes pour ces causes est quelque chose de beau (malgré la clope à la bouche de l’un d’entres eux). Je ne pense pas avoir le courage de vivre comme eux mais leur causes sur justes, par exemple, la lute pour l’autorisation à l’IVG, ce qui doit être dur vu la politique plus ou moins hyper-conservatrice aux states.
    De même leur vision de la police ne m’étonne pas beaucoup, entre ce que nous montre le cinéma américain et les faits, on se rend bien compte que les méthodes policières ne sont pas toujours les bonnes. Un petite phrase résume bien cela : « Police in the U.K. have killed 52 people in the last 115 years. Police in the U.S. have killed 369 people in the last 115 days. », les chiffres ne sont peut-être pas exactes, mais ils ne doivent pas être bien loin de la réalité (et c’est assez effrayant même si on considère le fait qu’il y a près de 5 fois plus d’habitants aux US).
    les petites blagues quant à la vie en société et les paroles hippies sont également assez drôles.
    Pour finir, leur investissement (à commencer par les panneaux traduits aussi en espagnol) montre leur convictions d’ouverture au monde.
    Bref, ça a dû être très sympathique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s